Vidéos : La Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA évolue et devient la Ligue Panafricaine – UMOJA

Posté par lpcumoja le 24 juillet 2012

La Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA (L.P.C-U.) évolue et devient la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P-U.), le 24 juin 2012.

Evolution logique car La Ligue Panafricaine – Umoja (L.P.-U.) a vocation à s’installer, en sections territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine. Désormais, les panafricanistes ont l’instrument politique idéal,  destiné à mener les luttes nécessaires et indispensables susceptibles d’opérer des changements attendus par nos Peuples. La L.P.-U. a pour ambition de fédérer les panafricanistes pour réaliser l’Unité, l’Indépendance, et la Renaissance du continent africain, pour la mise en place des États-Unis d’Afrique. Consciente de ce que les idéaux panafricains ne peuvent être réalisés hors du champ politique, la L.P.-U. entend investir le débat public en étant force de propositions, sur des thématiques concrètes qui touchent à la vie des Africains de la Diaspora et du Continent.

Ci-dessous, les Vidéos de la réunion de l’évolution de la L.P.C.-U. en L.P.-U., avec comme modérateur Obambé Gakosso :

 

Vidéo 1 : Intervention du Président de la L.P.-U., Pierre Eboundit
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 2 : Intervention d’Ismaël Sow, membre du Bureau Exécutif de la L.P.-U.
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 3 : Suite intervention d’Ismaël Sow, membre du Bureau Exécutif de la L.P.-U.
Intervention du Secrétaire Général de la L.P.-U., Henda Diogène Senny
Questions de l’assistance – Réponses de la L.P.-U.
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 4 : Réponses de la L.P.-U. aux questions de l’assistance
Image de prévisualisation YouTube

 

Vidéo 5 : Intervention du Président du COREPA (Congrès de la Renaissance Panafricaine),
Dr Francis Seck Mangouani

Intervention de la Soeur Augusta Epanya de l’UPC (Union des Populations du Cameroun)
Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Afrique, Panafricanisme, Politique, Presentation, Vidéos | 1 Commentaire »

Texte intégral de l’intervention de M. Henda Diogène SENNY, Secrétaire Général de la LPC-UMOJA au Colloque sur l’impasse démocratique en Afrique Centrale.

Posté par lpcumoja le 20 juin 2012

CONTRIBUTION DE LA LIGUE PANAFRICAINE DU CONGO  -  UMOJA (LPC-Umoja)
AU COLLOQUE SUR L’AFRIQUE CENTRALE

 Samedi 9 JUIN 2012 A MONTREUIL

 

       I.            Remerciements

Au nom de notre organisation, la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U), je remercie le Comité d’initiative d’avoir pris, non seulement, cette initiative, mais aussi d’avoir pensé à nous associer au prestigieux panel des intervenants.

Je profite encore de cette occasion pour dire toute notre gratitude et notre fierté à l’endroit de l’UPC, membre de ce Comité d’initiative, figure emblématique et avant-gardiste de la lutte anticoloniale, à travers ses grands leaders, morts pour la patrie africaine, dont les noms résonnent encore dans nos mémoires.

Enfin, je voudrais informer l’assemblée que la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U), organisation au nom de laquelle, j’interviens, deviendra, à compter du 24 juin 2012 : « Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) ». Cette évolution, répond à une demande persistante de nos frères et sœurs de lutte, du Gabon, du Centrafrique… pour ne citer que ceux, qui souhaitent s’approprier « Ligue Panafricaine – UMOJA » dans leur territoire respectif.

Par conséquent, la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U), devient la première Section Territoriale de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U). Cette dernière assurera la coordination de toutes les Sections Territoriales qui lui seront rattachées organiquement. L’avantage de cette structuration est de parvenir à couvrir l’ensemble du territoire africain, ainsi d’amplifier la lutte.

    II.            Introduction

En tant qu’organisation panafricaniste, le vocable « Afrique Centrale », ne peut que nous réjouir, car il tranche avec les vues politiques étroites, confinant à l’ethno-régionalisme, auxquelles, malheureusement, depuis au moins deux décennies, l’Afrique noire s’est habituée.

Pour en venir au thème général de ce Colloque, rappelons-le :

« L’impasse des transitions démocratiques en Afrique : le cas de l’Afrique Centrale »

Il nous a semblé que l’on ne peut traiter de l’impasse des transitions démocratiques actuelles, sans comprendre pourquoi, les alternances démocratiques des années quatre-vingt-dix, dans les cas où elles ont pu avoir lieu, en Centrafrique ou au Congo-Brazzaville par exemple, n’ont pu durablement enraciner la démocratie. Ainsi, nous proposons le titre suivant à notre intervention :

« Alternance démocratique ou De la Conquête de la Souveraineté à l’indispensable Unité politique »

De nos jours, lorsqu’on évoque les transitions démocratiques en Afrique noire, le point de départ qui sert de moment de lancement, est bien le vent de démocratisation qui a touché l’Afrique noire au début des années quatre-vingt-dix, dans le contexte de la fin de la bipolarisation Est-Ouest. Lire la suite… »

Publié dans Afrique, Democratie, Independances, Panafricanisme, Politique | Pas de Commentaire »

Vidéo : Henda Diogene SENNY, Secrétaire Général de LPC-UMOJA : Colloque sur l’Impasse Démocratique en Afrique Centrale : 9/06/12 – Montreuil

Posté par lpcumoja le 11 juin 2012

Position de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA  :

Par Henda Diogène SENNY,
Secrétaire Général de la Ligue Panafricaine du Congo  –  UMOJA (LPC-U)


Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Afrique, Democratie, Independances, Panafricanisme, Politique, Vidéos | Pas de Commentaire »

INVITATION DE LA Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U) à une Réunion Politique, le dimanche 24 Juin 2012

Posté par lpcumoja le 5 juin 2012

 

INVITATION à la Réunion Politique
Par la LPC – UMOJA
Le dimanche 24 Juin 2012

 

            Madame, Monsieur,

 
Les 12 et 13 Mai 2012, au Grand Meeting Européen de l’Afrocentricity International, la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U), par l’intermédiaire de son Secrétaire Général, Henda Diogène SENNY, avait délivré un discours sur le thème suivant :
 
« L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui :
Quelques stratégies sur le plan politique. »
 
Discours que vous retrouverez :
 
 
Vous avez été nombreux, à souhaiter avec insistance, même après le Meeting de l’Afroncentricity International par des nombreux mail, que nous vous proposons un cadre organisationnel permettant d’avoir une structure politique de lutte supranationale.
 
Nous y avons tenu compte et nous vous invitons, par conséquent :
 
Le dimanche 24 juin 2012 à 15H00, très précises à 17h30, à Paris, à l’adresse suivante :
Centre International de Séjour (CISP) Kellermann  -  Salle MASSENA
17 Boulevard Kellermann  -  75013 PARIS (Métro Porte d’Italie).
 
Nous allons vous présenter la nouvelle structure susceptible de répondre aux aspirations de tous les panafricanistes, soucieux de l’action politique.
 
Les places étant limitées, nous vous incitons à vous inscrire en répondant au mail suivant : lipaco.33@gmail.com
 
En espérant vous compter parmi nous,
 
Salutations panafricaines.
Le Bureau Exécutif
 
 
 
Contacts
Lien internet                    :  http://lpcumoja.unblog.fr
Mail                                    :  lipaco.33@gmail.com
Fiche d’adhésion            :  http://lpcumoja.unblog.fr/adhesion/

Publié dans Afrique, Communique, Panafricanisme, Politique | Pas de Commentaire »

L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique, par Henda Diogène SENNY.

Posté par lpcumoja le 28 mai 2012

Contribution de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA (LPC-U) au Grand Meeting Européen de l‘Afrocentricité et du Pan-Africanisme du 12 et 13 mai 2012 à Paris, organisé par Afrocentricity International (A.I.)

Thème d’intervention :

« L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique. »

I. Remerciements.

Je voudrais, tout d’abord, au nom de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U) dont les membres du Bureau sont présents dans cette assemblée, remercier les Sœurs et les Frères qui se sont investi dans l’organisation de cet évènement. L’engagement militant exige de nous beaucoup de sacrifices, c’est ici l’occasion de remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris sur eux pour sa réussite.

L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique, par Henda Diogène SENNY. dans Afrique Diog%C3%A8ne-Senny_Ama-Mazama-300x199

Diogène SENNY et Ama MAZAMA

Ensuite, je tiens à préciser que mon intervention, n’est pas une analyse personnelle destinée à nourrir la réflexion contemporaine du Panafricanisme. Mon intervention est l’analyse qui sous-tend l’action réelle, concrète et décisive d’une organisation, la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA.

Par conséquent, par ma voix et ma modeste personne, chères Sœurs et chers Frères, vous avez une organisation qui se bat depuis deux ans clairement sur des positions laissées libres ou abandonnées par nombre de Panafricains. Nous venons donc lancer un appel, faire prendre conscience et espérer qu’une nouvelle ère pour les Panafricains est arrivée, c’est-à-dire le temps de l’action politique et de la conquête du pouvoir.

Venons-en à notre analyse.

Il nous a été demandé de faire une analyse sur le thème suivant : « L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique ».

Nous ferons rapidement un état des lieux sur la place du Panafricanisme politique dans l’échiquier politique africain et nous présenterons les propositions de la LPC-U. Lire la suite… »

Publié dans Afrique, Independances, Panafricanisme, Politique | 1 Commentaire »

Grand Meeting de l’Afrocentricité à Paris, le Secrétaire Général de la LPC-U, Henda Diogène SENNY défend les positions de son organisation.

Posté par lpcumoja le 16 mai 2012

Thème d’intervention :
L’importance décisive du Pan-Africanisme aujourd’hui : Quelques stratégies sur le plan politique
.

Par Henda Diogène SENNY,
Secrétaire général de la Ligue Panafricaine du Congo  –  UMOJA (LPC-U)

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Afrique, Panafricanisme, Politique, Vidéos | 2 Commentaires »

Congopage : La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse

Posté par lpcumoja le 6 mai 2012

La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse

samedi 5 mai 2012

Congopage : La Ligue Panafricaine du Congo UMOJA a fait sa Conférence de presse dans Afrique e2113c0dd7640caa8ec202f072de414d

Le bureau de la Ligue : Diogène Senny, Pierre Eboundit, Marlette Kyssama-Nsona

Comprendre les mécanismes de l’aliénation à laquelle sont sujets nos Etats africains n’est pas chose évidente. La ligue panafricaine du Congo (LPC UMOJA) , selon son bureau, a, entre autres vocations, éclairer le citoyen lambda sur la façon dont se sert l’Etat colonial, la France, dans ce marché de dupes qu’est le Franc Cfa, ce depuis 1947. C’est la problématique posée par son bureau qui a convoqué une conférence de presse les 7 et 8 avril 2012 à Paris.

La dette

Prenons l’exemple de la dette. Le constat amer est que l’ancienne puissance coloniale se sert de l’Afrique pour lui tirer les marrons du feu. La dette étant une notion générique, la Ligue fait la distinction entre dette odieuse, illégitime celle-là, et dette légale, rite économique normal. La dette odieuse est celle qui enrichit les dirigeants africains et les créanciers européens qui, somme toute, reprennent de la main gauche ce qu’ils donnent de la main droite, le tout dans un cynique jeu de complicités : point de corrompus sans corrupteurs et, vice versa.

On s’endette pour acheter des armes

Odieuse, cette dette l’est effectivement, car, en plus d’enrichir bailleurs et débiteurs, elle a permis, d’acheter des armes (pendant les récentes guerres civiles au Congo) qui ont servi à massacrer, en définitive, les Congolais au nom desquels ces dettes ont été contractées. C’est indiscutable : il faut sortir du Fcfa, créer sa propre monnaie. L’Angola (on peut critiquer son régime), la Ghana, le Nigeria l’ont fait. Qui doit qui ? Qui doit à qui ? Comment comprendre que malgré tous les dépôts effectués par les Etats de la zone CFA à la Banque de France depuis les années 1940, ce sont ces Etats qui soit débiteurs de la France et non l’inverse. Selon les lois simples de l’arithmétique c’est à la France de rembourser aux Etats africains. Quand le fera-t-elle ? La clé de cette arnaque se trouve dans une véritable union des Etats africains. « Divisés, nous sommes faibles, unis nous sommes forts » estime La Ligue. Faut-il une monnaie unique africaine pour parer l’escroquerie française que symbolise le Franc CFA ? Cela va sans dire.

Armée interafricaine

La Ligue qui n’est pas panafricaniste pour rien, préconise également qu’il y ait une armée interafricaine, ce qui ôterait l’envie au premier général noir venu de faire un coup d’état car il se mettrait à dos toute l’armée des Etats-Unis d’Afrique. Vous imaginez un général américain faire un coup d’état sans se mettre à dos l’armée fédérale ? Les officiers Guinéens et Maliens qui se sont amusés à faire des putschs font partie d’un scénario inimaginable dans un contexte militaire interafricain. L’idée même de réaliser un coup de force en Côte d’Ivoire s’éloignerait des casernes quand celle-ci sont dirigées par des généraux Congolais ou Mozambicains.

Les Etats-Unis d’Afrique

Le concept (les Etats-Unis d’Afrique) n’est pas nouveau. Déjà dans les années 1950, Barthélémy Boganda le préconisa. L’union fait la force ; par conséquent, pour faire face à la…mondialisation, rien de tel que réclamer une véritable indépendance, comme, par exemple, sortir du CFA. Toute la question de la désaliénation se situe peut-être là. Youlou, homme d’église, Léon Mba combattirent le leader centrafricain, Barthélémy Boganda (également homme d’église) dont les idées, malgré tout, furent reprises par un autre panafricaniste, Abel Ngoumba, récemment décédé. Depuis ce refus unitaire, les Africains paient leur replis nationaliste.

Langue commune

Il ne s’agit pas seulement de l’armée : le concept panafricain doit concerner aussi la langue commune à tous les Etats du continent noir. S’agira-t-il du swahili, de l’haoussa, du lingala ? En attendant de trouver l’outil commun, il y a lieu d’introduire les langues maternelles dans la scolarisation des enfants. Le français, langue non maîtrisée en milieu rural, ne permet pas à l’enfant d’acquérir des connaissances. Assurément, les ravages de l’ethnologie coloniale seraient sans efficace si l’instruction, facteur de la prise de conscience, était totale. Si les Congolais avaient seulement lu les travaux des égyptologues, ils auraient appris que les populations d’Afrique Centrale et d’Afrique du Sud ont un ancêtre commun, le proto-bantou. Par conséquent le tribalisme est une aberration ; dire que les sudistes sont plus (ou moins) intelligents que les nordistes est un non-sens psychopédagogique. Voilà pourquoi, les militants devraient se rassembler non pas en fonction des affinités ethniques mais selon les projets politiques. Les partis formés sur la base régionaliste font en général long feu. De ce fait la crédibilité de nombre de leaders est mise en doute parce que, retournement de veste, leur militantisme sur la place de Paris donne suite à une collaboration au régime en place une fois rentrés à Brazzaville.

Théophile Obenga

La négation de ses convictions : serait-ce le cas de Théophile Obenga, grand panafricaniste aujourd’hui en collusion avec un pouvoir loin de s’inscrire dans la droite ligne de Lumumba, Kwamé Nkruma ou Barthélémy Boganda ? « Sa route a bifurqué » a admis, en substance, le bureau de la Ligue. Mais force est de reconnaître (a poursuivi le bureau) que Théophile Obenga a contribué au combat, en l’occurrence celui de Cheick Anta Diop. Il a, du reste, payé cher son positionnement panafricaniste, puisque banni de l’encadrement universitaire français, à l’inverse des chercheurs comme Elikia Mbokolo.

Position de la LPC UMOJA

Cela dit, quelle est la position de la Ligue dans le champ politique congolais ? « On n’est pas un parti politique, on est une force de propositions » avouent les conférenciers. « La ligue doit dépasser les chapelles », estime-t-on. « Il y a une manie chez nombre de Congolais, celle de la suspicion lorsqu’on ne va pas dans la même direction qu’eux » déplore le bureau. Parti avant-gardiste, La Ligue regrette de ne pas occuper le devant de la scène depuis le temps qu’existe l’idée panafricaniste.

Consignes de vote

Quant aux consignes de vote, la Ligue dit clairement aux Français d’origine congolaise de prendre leurs responsabilités. De toute manière ce n’est pas La France qui sortira nos pays du joug de la crise. Un coup elle bombarde en Côte d’Ivoire ; un coup elle laisse bombarder au Mali. Moralité : il faut compter sur ses propres forces pour se désaliéner.

L’extrême-droite

Marine Le Pen aurait-elles les mêmes analyses que La Ligue sur le Franc CFA, monnaie qu’il ne faudra plus arrimer à la Banque de France ? Qu’on ne se leurre pas. Naïve serait l’attitude qui consiste à croire que l’extrême-droite se soucie du sort des Africains, un peuple racialement discriminé par le père de Marine Le Pen.

Aventuriers des temps modernes

Coup de chapeau au bureau de la Ligue pour avoir mené avec brio les débats : Pierre Eboundit, Senny Diogène, Kyssama Nsona, Obambi, les « aventuriers des temps modernes » Ce sont ceux qui sortent des sentiers battus qui changent la face du monde, a fortiori s’ils sont sincères dans leur combat.

Conclusions

Prochain rendez-vous le 2 juin 2012 ; colloque à l’IREA : thème de discussion « Les armées africaines », sujet en relation avec les explosions du 4 mars à Brazzaville dans une caserne située au cœur d’habitations civiles.

JPEG - 161.8 ko
Pierre Eboundit, Président de la LPC Umoja
JPEG - 182.7 ko
Marlette Kyssama-Nsona : chargée de la prospective et de la formation

Ont répondu aux questions de l’auditoire :

Marlette Kyssama-Nsona : Secrétaire, chargée de la Prospective et de la Formation

Henda Diogène Senny : Secrétaire Général, chargé de l’Organisation et la Communication

Pierre Eboundit : Président

La modération a été assurée par Obambé Gakosso : Secrétaire Général-Adjoint, Porte-parole

http://lpcumoja.unblog.fr/2012/05/

Source : http://www.congopage.com/La-Ligue-Panafricaine-du-Congo

 

Publié dans Afrique, Conférences de presse, Panafricanisme, Politique | Pas de Commentaire »

Vidéo de la Conférence de presse de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA, suite aux Universités des 7 et 8 avril 2012 à Paris

Posté par lpcumoja le 2 mai 2012

Image de prévisualisation YouTube

Ont répondu aux questions de l’auditoire :
Marlette Kyssama-Nsona : Secrétaire, chargée de la Prospective et de la Formation
Henda Diogène Senny : Secrétaire Général, chargé de l’Organisation et la Communication
Pierre Eboundit : Président

La modération a été assurée par Obambé Gakosso : Secrétaire Général-Adjoint,  Porte-parole

Ci-dessous, Vidéo de la Déclaration finale des Universités de la LPC-U

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Afrique, Communique, Conférences de presse, Democratie, Panafricanisme, Politique, Presentation, Vidéos | Pas de Commentaire »

LPC-Umoja : Déclaration finale, suite aux premières Universités tenues à Paris les 07 et 08 avril 2012.

Posté par lpcumoja le 11 avril 2012

Déclaration finale de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA, suite aux premières Universités tenues à Paris les 07 et 08 avril 2012.

Le samedi 7 et le dimanche 8 avril 2012, se sont tenus à Paris (France) les premières Universités de la LPC-UMOJA. Dans ce cadre, les thématiques suivantes ont été abordées :

  • Analyse générale ;
  • Les questions d’éducation ;LPC-Umoja : Déclaration finale, suite aux premières Universités tenues à Paris les 07 et 08 avril 2012. dans Afrique DSC00782-150x99
  • Les dettes odieuses et illégitimes ;
  • La sortie du franc CFA ;
  • Les questions d’actualité africaine.

Sur les questions d’analyse générale

La LPC-UMOJA interpelle les Africains sur le fait que les élections et la prise de pouvoir ne sont pas une fin en soi. Le plus important n’est pas d’arriver aux affaires et de se répartir les postes, mais d’avoir à cœur le bien-être des populations africaines et, pour la LPC-UMOJA, ce bien-être passe par la mise en pratique d’un programme panafricaniste. Il s’agit d’être le plus possible fidèle aux idéaux des précurseurs du panafricanisme et de la construction d’un État supranational africain.

La LPC-UMOJA affirme qu’elle se doit d’être en permanence aux côtés des populations africaines et réaffirme son soutien à toutes les forces panafricaines dans leurs luttes quotidiennes.

La LPC-UMOJA se tient au-dessus des querelles de chapelle qui divisent et font tant de mal à la grande famille panafricaine. Peu importe le leader historique dont un mouvement de lutte, panafricain, peut se réclamer, il s’agit de lutter ensemble pour un mieux-être des populations africaines, où qu’elles soient. La LPC-UMOJA a à cœur de réunir les panafricains autour de projets fédérateurs et ne laissera jamais la place à la moindre faille de courants ou autres écoles de pensées. Lire la suite… »

Publié dans Afrique, Communique, Panafricanisme, Politique | Pas de Commentaire »

Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA, suite à l’admission de la République d’Haïti au statut de membre à part entière de l’Union Africaine

Posté par lpcumoja le 8 avril 2012

Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA, suite à l’admission de la République d’Haïti au statut de membre à part entière de l’Union Africaine.

La Ligue Panafricaine du Congo – UMOJA (LPC-U) exprime une vive émotion et une grande satisfaction suite à l’admission de la République d’Haïti à l’Union Africaine, passant du statut d’observateur à celui de membre associé à part entière, avec accréditation d’une mission diplomatique à Addis-Abeba, lors de la 18ème Conférence internationale des Chefs d’État et de Gouvernement tenue du 23 au 30 janvier 2012 en Éthiopie.

Présentée par Jean Gardy, directeur de Cabinet du ministre haïtien des Affaires étrangères, le Chancelier Laurent Lamothe, cette demande d’adhésion a été accueillie avec enthousiasme par l’ensemble des membres de l’Union Africaine, devant 2500 délégués et 400 journalistes venus du monde entier.

Ce n’est pas trop tôt

En effet, premier État noir à s’être débarrassé par la lutte, du joug de l’esclavagisme dès 1802, Haïti a toujours été le pionnier, le porte-flambeau dans la quête de la modernité du peuple noir, en matière de dignité, d’indépendance et de liberté.

Par conséquent, le projet panafricain va demeurer inachevé aussi longtemps que toutes les diasporas africaines, à l’instar d’Haïti, ne seront pas associées au même titre que n’importe quel pays du continent africain.

Haïti : fondement de la modernité africaine

Avant de n’être qu’une avancée technique, la modernité est d’abord, et avant tout, la quête sans relâches pour l’homme, des valeurs de dignité, d’indépendance et de liberté. À ce titre, il est bon de rappeler et d’enseigner à l’Afrique et à toute sa diaspora, en dépit de la situation difficile que connaît Haïti aujourd’hui, ce que ce pays représente dans leur quête de modernité.

Car dès l’aube du XIXe (1802), Haïti a été ce premier État nègre à avoir acquis son indépendance au prix du sang et de sacrifice, mettant en déroute l’une des armées la plus puissante du monde, l’armée de Napoléon Bonaparte, et en même temps, ouvrant la possibilité pour tout nègre de ce monde de mettre fin par sa détermination seule, à l’odieuse tragédie que fut l’esclavage, commencé depuis le 14ème siècle.

Ainsi, Saint-Domingue (actuelle Haïti), sous la férule du Général Toussaint-Louverture, a écrit l’une des plus belles pages de la liberté de l’Homme.

Haïti : une grande révolution moderne, sciemment oubliée et méprisée

Outre la répression liée à tout système de domination, l’organisation de l’amnésie des opprimés, la confiscation de la conscience et la falsification de l’histoire sont autant d’armes dont se sert le bourreau pour assurer la pérennité de sa domination. C’est ainsi que la révolution haïtienne, l’une des plus grandes révolutions modernes, fut sciemment oubliée, réduite à une rébellion ou une simple révolte, alors que se jouait là, à Saint-Domingue, le début de la fin de la plus longue et odieuse tragédie que le monde ait jamais connue.

Face à la résistance des esclaves, blessé dans son orgueil et convaincu qu’il en allait du prestige de la France, Napoléon, lança en février 1801 la plus importante campagne navale de l’histoire, sous le commandement de son beau-frère, le Général Victor-Emmanuel Leclerc, afin de mater dans le sang la révolution haïtienne. Une flotte comprenant 80 vaisseaux et près de 50 000 soldats, y compris des Polonais, convergea à Saint-Domingue en provenance de Vlissingen, Le Havre, Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort, Cadix et Toulon.

L’échec fut tellement patent qu’au moment où succomba le Général Victor-Emmanuel Leclerc en novembre 1803, il ne resta de cette armée que quelque 8 000 soldats.

Répercutions immédiates de cette victoire haïtienne : l’ensemble de l’Amérique latine s’inspira de la Révolution haïtienne, notamment Simon Bolivar pour libérer le Venezuela et la Bolivie, mais aussi l’effacement de la France sur la scène américaine avec la perte de la Louisiane.

Haïti : « Perle des Antilles », mère nourricière, abusivement exploitée

Baptisée la « Perle des Antilles », à elle seule, Saint-Domingue a représenté tout le long du XVIIIe siècle, l’excédent de la balance commerciale extérieur de la France grâce notamment à l’indigo, au coton, au sucre et au café (60 % de la production mondiale pour ce dernier). Faut-il encore le rappeler, qu’en l’espace de deux siècles,

Grâce à Haïti, en l’espace de quelque deux siècles, la France passa d’une économie essentiellement agraire à une puissance maritime, militaire et manufacturière. En témoigne, le développement des complexes industriels et portuaires à Nantes, Bordeaux, Marseille, Orléans et Dieppe de même que des industries subsidiaires dans d’autres villes de France grâce à la traite négrière et au commerce avec Saint-Domingue.

Mais, Haïti paya son audace révolutionnaire au prix fort. En effet, suite aux manœuvres internationales dont les anciennes puissances négrières -  actuel Occident  – ont le secret, la France imposa à Haïti une rançon de plusieurs dizaines de millions de francs lourds (90 millions de francs lourds de l’époque pour prix de leur liberté visant à compenser les pertes occasionnées par la révolution.

 

Paris, le 08 avril 2012

Le Bureau Exécutif

Version PDF ==>fichier pdf Communiqué_LPC-U_HAITI

 

 

lipaco.33@gmail.com

http://lpcumoja.unblog.fr/

 

Publié dans Afrique, Communique, Panafricanisme | Pas de Commentaire »

123456
 

palestine18 |
Le Moulin des Savoirs |
huntington |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reptilia
| Association Guillaume Bec
| Association Coopération et ...