DECES de Jean-Pierre KAYA – Communiqué de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U)

Posté par lpcumoja le 12 juillet 2013

DECES de Jean-Pierre KAYA

COMMUNIQUE DE PRESSE
de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U)

      
   
C’est avec une immense tristesse que la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) a appris le décès du Frère Jean-Pierre KAYA, fondateur et Président de l’organisation politique MaâtKare, survenu le 7 juillet 2013, à Paris, en France.

La Ligue Panafricaine – UMOJA présente ses sincères condoléances à la famille de Jean-Pierre KAYA.

 

Bouleversée par cet événement tragique, la Ligue Panafricaine – UMOJA, adresse également ses plus sincères condoléances à la famille panafricaniste en général, et aux militants de MaâtKare en particulier.

 

Militant panafricaniste engagé, Jean-Pierre KAYA nous quitte à 51 ans après avoir assumé pleinement sa mission historique.

 

 

Fait à Paris le 10 juillet 2013

Le Bureau Exécutif de la LP-U

Panafricainement.

 

Umoja ni nguvu

L’Union fait la force

Publié dans Communique, Politique | Pas de Commentaire »

Bruits de Bottes en Centrafrique

Posté par lpcumoja le 4 juin 2013

 Bruits de Bottes en Centrafrique

 Ce samedi 8 Juin 2013, de 14h à 18h, la Ligue Panafricaine – Umoja, organisation politique panafricaniste, expliquera la situation révoltante en République Centrafricaine et exposera la clé pour en sortir.

Vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Si vous souhaitez comprendre les véritables enjeux de la crise, et lire à travers les écrans de fumée médiatiques internationaux, cet événement est indispensable.

La conférence sera animée par Monsieur Diogène SENNY, secrétaire général de la Ligue Panafricaine – Umoja et dépositaire des mémoires de feu Abel GOUMBA, patriote centrafricain et panafricaniste, compagnon du premier président de Centrafrique Barthelemy BOGANDA, l’homme qui voulait unir les Etats d’Afrique centrale.

La participation demandée est de 10 euros, afin de couvrir les frais de la salle et surtout, de soutenir le combat politique panafricaniste qui aujourd’hui, est une nécessité absolue pour libérer l’Afrique et les Africains partout dans le monde.

A NE PAS MANQUER, la déclaration de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U) sur le drame centrafricain.

http://lpcumoja.unblog.fr/?p=1138

Nous vous attendons chaleureusement, ce samedi 8 juin 2013 à partir de 14 heures à la Libraire Tamery.

19 rue du Chalet, 75011 Paris

Métro Belleville

Publié dans Afrique, Communique, Politique, Vidéos | Pas de Commentaire »

La LP-UMOJA condamne la censure de 4 journaux au Congo-Brazzaville

Posté par lpcumoja le 4 juin 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

DE LA LIGUE PANAFRICAINE – UMOJA (LP-U)

RELATIF A LA SUSPENSION DE 4 JOURNAUX AU CONGO-BRAZZAVILLE :

L’OBSERVATEUR, TALASSA, LE TROTTOIR ET LE GLAIVE

La Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) a appris avec stupéfaction par voie de presse, la suspension de quatre journaux, à savoir : Le Glaive pour une durée de deux (2) mois et L’Observateur, Talassa ainsi que Le Trottoir pour une durée de quatre (4) mois, par le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (CSLC), le 1er juin 2013.

Garant de l’exercice de la liberté de la presse, le CSLC est paradoxalement coutumier de pratiquer la censure uniquement contre la presse libre au Congo, alors qu’aucun média proche du régime n’a jamais été l’objet du moindre blâme.

Cette décision qui vise à museler la presse qui se réclamerait indépendante vis-à-vis du pouvoir en place, est l’illustration de la démocratie en trompe-l’œil que les autorités congolaises s’évertuent à présenter au monde entier, alors qu’il y règne un régime de terreur, d’intimidation et de menaces permanentes.

La Ligue Panafricaine – UMOJA condamne avec la plus grande fermeté les violations répétées des droits de la presse indépendante, exige des autorités congolaises de revenir sur cette décision attentatoire aux libertés fondamentales et de lever toutes les entraves à l’exercice de la liberté de la presse.

La Ligue Panafricaine – UMOJA en appelle à la solidarité avec les journaux victimes de cette mesure anti-démocratique, mais aussi à la vigilance de tous car les libertés d’opinion et de circulation sont des droits garantis par la Constitution congolaise.

 

 

Le Bureau Exécutif de la LP-U

Fait à Paris, le 2 juin 2013

 

Contacts

Lien internet : www.umoja-org.com

Mail : lipaco.33@gmail.com

 

Publié dans Afrique, Communique, Politique | Pas de Commentaire »

Centrafrique : la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U) exprime sa vive préocupation sur la situation socio-politique dramatique …

Posté par lpcumoja le 14 mai 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE :

Déclaration de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U)

Sur le drame de la République Centrafricaine

La Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) exprime sa vive préoccupation face à la situation socio politique dramatique qui prévaut en République Centrafricaine. En effet, dans cet État à la souveraineté fictive et véritable Territoire d’Outre-Mer (TOM) de la France, depuis l’avènement de la Seleka, le 24 mars 2013, les choses vont de mal en pis : pillages, racket, viols, exactions en tous genres sur fond d’intolérance religieuse, etc. Les nouvelles autorités de « tutelle » de ce TOM peinent manifestement à garantir la paix et la sérénité aux banguissois en particulier et aux Centrafricains en général. Cette situation n’est pourtant pas née ex nihilo.

Quelles sont réellement les racines du mal centrafricain ? Si le caractère dictatorial du régime Bozizé ne fait aucun doute, son départ que personne ne regrette suffit-t-il à mettre fin au cycle de violence que subit ce pays depuis son accession à l’indépendance, certes nominale ? Quelles sont les responsabilités respectives de la puissance tutrice, la France, d’une part, et celle de l’élite centrafricaine d’autre part, dans cette longue déconfiture ?

Saluée par l’ensemble de l’opposition centrafricaine à Bozizé, la coalition Seleka assurera-t-elle la révolution démocratique et le développement tant attendus par les Centrafricains ? Enfin, quelle est la part assumée de l’héritage panafricaniste de Barthélémy Boganda, dont la figure est abusivement revendiquée par l’ensemble de la classe politique centrafricaine, en matière de souveraineté et de la contribution à un réel leadership africain ?

Rappel des récents événements : l’ombre n’est pas la proie

Les évènements immédiats, ayant conduit au chaos actuel, indiquent qu’une rébellion lancée le 10 décembre 2012 au nord du pays, reprochant au Président François Bozizé sa gestion clanique et brutale du pouvoir, a fini par avoir raison du régime le 24 mars 2013 avec une facilité déconcertante.

Entre temps, en janvier 2013, les États françafricains de la sous-région et parrains du régime Bozizé, Lire la suite… »

Publié dans Afrique, Communique, Politique | Pas de Commentaire »

Côte d’Ivoire : Halte à la liquidation des libertés politiques et syndicales – Déclaration de la L.P.-UMOJA

Posté par lpcumoja le 23 avril 2013

CÔTE D’IVOIRE : HALTE A LA LIQUIDATION DES LIBERTES POLITIQUES ET SYNDICALES

DECLARATION DE LA LIGUE PANAFRICAINE – UMOJA (LP-U) – 21/04/2013

Depuis la brutale intervention militaire étrangère en Côte d‘Ivoire et la « capture » le 11 avril 2011 du Président de la République : Laurent Gbagbo à la Haye, la vie politique ivoirienne est marquée par un recul sans précédent des libertés politiques et des droits démocratiques des citoyens. Les graves conflits sociaux qui secouent l’école ivoirienne depuis quelques mois sont révélateurs de cette situation.

1 – Les faits

Depuis le lundi 8 avril dernier, les enseignants du primaire et du secondaire en Côte d’Ivoire ont entamé une grève de dix jours reconductible à l’appel de l’Intersyndicale du Secteur Education-Formation (ISEF) pour protester contre des « mesures de répression » imposées par le gouvernement, après des précédents arrêts de travail déclenchés en novembre 2012 et février 2013.

Ils réclament notamment ; le reversement des ponctions illégales effectuées sur le salaire des enseignants ; le reversement des cotisations syndicales ; la levée de la suspension des précomptes au profit des syndicats ; l’arrêt des mutations et autres sanctions à l’encontre des syndicalistes ; l’arrêt des poursuites judiciaires et la levée des condamnations …

Ces revendications liées aux violations des libertés syndicales viennent s’ajouter aux revendications corporatistes qui sont à l’origine des grèves précédentes ; paiement du reliquat des effets financiers de la bonification des professeurs et des conseillers ; paiements du rappel des arriérés de l’indemnité de logement des instituteurs ; paiement du rappel des arriérés des effets financiers de la bonification des instituteurs et des effets financiers de reclassement des conseillers.

2- Analyse

La délégation de Côte d’Ivoire de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) observe que les revendications corporatistes liées aux conditions de travail sont en fait des droits acquis non respectés par l’Etat : indemnités de logement ; bonifications indiciaires… Lire la suite… »

Publié dans Afrique, Communique, Politique, Société | Pas de Commentaire »

L’Union des Populations du Cameroun (UPC) : Appel à la Défense de la Liberté d’Association, de Réunion et de Manifestations Publiques

Posté par lpcumoja le 17 mars 2013

Union des Populations

du Cameroun

UPC_LOGO

Union of the Populations

of Cameroon

 

UPC

Créée le 10 Avril 1948, Légalisée le 09 Juin 1948, dissoute par décret français du 13 juillet 1955 suivi de l’arrêté d’application N° 4809 du 18 Juillet 1955, décret de dissolution abrogé le 25 février 1960, contrainte à la clandestinité pendant 30 ans, Fonctionne légalement et légitimement conformément à l’article 21 de la Loi N° 90-56 du 19 décembre 1990

_________________________________________

COMITE DIRECTEUR/STEERING COMMITTEE

Secrétariat

________________________________________

REMERCIEMENTS DE L’UPC

APPEL

A LA DEFENSE DE LA LIBERTE D’ASSOCIATION, DE REUNION ET DE MANIFESTATIONS PUBLIQUES

Douala, le 26 février 2013, Rond-Point de Deido, l’Union des Populations du Cameroun organise une manifestation pacifique d’information sur les inscriptions électorales. Les forces de l’ordre surviennent, arrachent les pancartes des militants upécistes qui décident de n’opposer aucune résistance à la violence. Ndema Samè Alexis, Président de l’UPC, et Albert Moutoudou, Secrétaire Général de l’UPC sont conduits par les éléments de la brigade du regroupement de Gendarmerie de Bonanjo où ils sont entendus, gardés à vue puis déférés le lendemain devant le Procureur du Tribunal de 1ère Instance de Douala qui les inculpe «d’organisation de manifestation illégale». Ils sont convoqués à l’audience du 2 mars où, à la demande de leurs avocats, l’affaire est renvoyée au 1er avril 2013.

L’UPC exprime ici sa grande satisfaction et sa gratitude d’avoir été l’objet de la solidarité de nos compatriotes dès qu’ils ont été informés des difficultés opposées à notre parti par le régime RDPC. A travers nos dirigeants arrêtés, notre parti a reçu un ferme soutien de nombreux compatriotes membres d’organisations politiques ou non. C’est ainsi qu’ont eu lieu des visites spontanées et de façon ininterrompue aussi bien pendant la détention en gendarmerie que dans la cellule du Tribunal où nos dirigeants sont enfermés en attendant de passer devant le Procureur. Même des camarades qui s’étaient écartés de nous pour diverses raisons sont à nos côtés pendant ces moments difficiles. Le 2 mars, jour de la première audience, des camarades ont fait le chemin depuis d’autres localités afin d’être présents au Tribunal de Douala. L’indignation et le soutien de certains qui ne sont même pas membres de l’UPC sont tels qu’ils décident de se porter garants pour la relaxe immédiate des deux dirigeants; c’est d’ailleurs grâce à ces garants non upécistes que le Procureur prononce la mise en liberté.

Les médias nationaux de toutes sortes et quelques-uns à l’étranger, ainsi que des organisations des droits de l’homme, ont relaté cette malheureuse affaire avec ampleur, marquant au moins leur étonnement unanime face à cette nouvelle entrave faite à la liberté de réunion et de manifestation. A leur tour, des corps diplomatiques informés ont tenu à exprimer leur émoi : où donc le pays va-t-il ainsi si l’on n’autorisait pas une simple manifestation pacifique pour laquelle, au demeurant, les organisateurs avaient pris soin d’accomplir préalablement les formalités légales ?

Nos compatriotes de la diaspora d’Europe et des Etats-Unis n’ont pas été en reste. Spontanément ils se sont saisis de cette nième entrave à la libre expression pour poser des actes de protestation et multiplier du Kamerun, d’Europe et des Etats-Unis des coups de téléphone et des messages de soutien.

L’UPC dit MERCI à tous ceux-là qui se sont ainsi manifesté en faveur de notre parti dans cette lamentable circonstance qui ne fait pas honneur à notre pays ; MERCI aux avocats qui se sont constitués spontanément et gratuitement. Merci et Merci encore. Chaque fois qu’un Kamerunais est entravé dans sa libre expression de citoyen, ce sont tous nos compatriotes qui sont menacés ; chaque fois que l’on réprime une seule organisation ce sont toutes les autres organisations qui sont menacées. Ayons toujours cela en tête pour éviter d’être réduits, un jour, à n’exprimer que des regrets. C’est ce sage conseil que le pasteur Martin Niemöller consigna dans un poème devenu célèbre et intitulé «Je n’ai rien dit» :

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit.

je n’étais pas communiste

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit.

je n’étais pas syndicaliste

Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai rien dit.

je n’étais pas juif

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai rien dit.

je n’étais pas catholique

Et, puis ils sont venus me chercher.

Et il ne restait plus personne pour protester.

Le régime RDPC se comporte de plus en plus comme s’il était aux abois, à coup d’oukases, un acte arbitraire suivant l’autre. A la fin des années 80 et au début des années 90 des Kamerunais sont descendus dans les rues, certains en sont morts, d’autres ont été incarcérés, d’autres encore ont perdu leur emploi, pour la promotion des libertés publiques dans notre pays. Les acquis obtenus par ces luttes sont à présent rognés par le pouvoir RDPC qui veut ramener le pays en arrière, en se comportant comme si nous étions dans un régime de parti unique camouflé sous le verbiage démocratique. N’importe qui peut en devenir la victime. Cela est mauvais et pour les démocrates et pour la nation entière. Aussi, pensons-nous l’heure venue pour la tenue d’un Forum pour les Libertés D’Association, de Réunions et de Manifestations publiques dans notre pays.

Douala, le 13 mars 2013

Pour le Secrétariat du Comité Directeur

 

Ndema Samè Alexis

Président de l’UPC

Albert Moutoudou

Secrétaire Général de l’UPC

Ngoualeu Hamékoué Hilaire

Secrétaire national à la Presse et à la Communication

 

Publié dans Afrique, Communique, Politique | Pas de Commentaire »

Monsieur Garvey Bonthin KONAN, assure la Délégation de la Ligue Panafricaine-Umoja en Côte d’Ivoire.

Posté par lpcumoja le 14 mars 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Relatif à la mise en place de la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U)

 en CÔTE D’IVOIRE

Dans le cadre de son évolution, dictée par la volonté de s’implanter, en Sections Territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine, la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P. – U.) informe le grand public de la mise en place de sa Délégation en Côte d’Ivoire.

Cette délégation sera assumée par Monsieur Garvey Bonthin KONAN. La mission principale du délégué est d’œuvrer à la mise en place de la Section Territoriale de la LP- U en Côte d’Ivoire. Dans le cadre de sa mission, le délégué a le pouvoir de recruter de nouveaux adhérents et de consulter tout adhérent de la LP-U résidant en Côte d’Ivoire.

A l’issue de sa mission, Monsieur Garvey Bonthin KONAN, doit présenter au Bureau Exécutif de la LP-U, un projet global pour la Section Côte d’Ivoire tant dans ses aspects juridiques qu’organisationnels. La validation du projet final, est du ressort exclusif du Bureau Exécutif de la LP-U.

La mission de Monsieur Garvey Bonthin KONAN est d’une durée de six (6) mois, et prend effet, à compter de la date de la signature du présent communiqué.

Fait à Paris le 16 février 2013

Le Bureau Exécutif de la LP-U

Panafricainement.

Umoja ni nguvu

L’Union fait la force

Publié dans Afrique, Communique | Pas de Commentaire »

COMMUNIQUE DE PRESSE : Hommage de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U) au Président Hugo CHAVEZ, Leader bolivarien.

Posté par lpcumoja le 7 mars 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE :

Hommage de la Ligue Panafricaine UMOJA (LP-U) au Président Hugo CHAVEZ, Leader bolivarien.

C’est avec une immense tristesse que la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) a appris le décès du Président Hugo CHAVEZ, survenu le 5 mars 2013, à Caracas, au Venezuela.

Bouleversée par cet événement tragique, la Ligue Panafricaine – UMOJA, adresse ses plus sincères condoléances au vaillant peuple vénézuélien, et à toute l’Amérique du Sud et du Centre ainsi qu’à toute la famille panafricaniste. Soyez assurés de toute notre amitié et de notre soutien le plus solide.

Le Président Hugo CHAVEZ a, toute sa vie politique durant, lutté contre les inégalités sociales et contre l’impérialisme. Il n’aura ménagé aucun effort pour favoriser l’émancipation citoyenne de ses compatriotes et l’autodétermination des peuples d’Amérique latine.

Leader bolivarien, Hugo CHAVEZ s’est battu pour faire triompher l’unification politique du Sud, projet initié par Simon BOLIVAR (1783-1830). Equivalent du Panafricanisme en Amérique du Sud, le Bolivarisme gagne de plus en plus les consciences populaires grâce à l’action généreuse et courageuse du Président Hugo CHAVEZ.

La Ligue Panafricaine – UMOJA retiendra l’immense considération que le Président CHAVEZ avait pour l’Afrique. L’un des derniers actes politique du Président CHAVEZ aura d’ailleurs été pour l’Afrique. En effet, le 22 février 2013, moins de deux semaines avant son décès, alors qu’il se battait contre la maladie, le Président CHAVEZ a adressé un message à l’Afrique, dont voici un extrait :

« De la même manière, les empires du passé, coupables de l’enfermement et de l’assassinat de millions de filles et de Hugo_Chavezfils de l’Afrique mère dans le but d’alimenter un système d’exploitation esclavagiste dans leurs colonies semèrent dans Notre Amérique le sang africain guerrier et combatif qui brûlait du feu que produit le désir de liberté. Cette semence a germé et notre terre a enfanté des hommes aussi grands que Toussaint Louverture, Alexandre Pétion, José Léonardo Chirino, Pedro Camejo parmi beaucoup d’autres, avec pour résultat, il y a plus de 200 ans, le début d’un processus indépendantiste, unioniste, anti-impérialiste et reconstructeur en Amérique Latine et caribéenne.

« Ensuite, au XX° siècle, vinrent les luttes de l’Afrique pour la liberté, ses indépendances, contre ses nouvelles menaces néocoloniales, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral pour n’en citer que quelques-uns. Ceux qui, dans le passé nous ont conquis, aveuglés par leur soif de pouvoir, ne comprirent pas que le colonialisme barbare qu’ils nous imposaient deviendrait l’élément fondateur de nos premières indépendances. Ainsi, l’Amérique Latine et les Caraïbes partagent avec l’Afrique un passé d’oppression et d’esclavage. Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes fils de nos libérateurs et de leurs hauts faits, nous pouvons dire, nous devons dire avec force et conviction, que nous unit aussi un présent de lutte indispensables pour la liberté et l’indépendance définitive de nos nations. »

Insoumis, homme ligoté au peuple et dirigeant organique et humaniste, le nom de CHAVEZ restera synonyme de justice sociale : lutte contre la pauvreté, redistribution des recettes pétrolières, logements sociaux, gratuité d’éducation et de la santé…

Les grands hommes ne meurent jamais. Tu n’es pas mort. Tu restes éternellement dans la mémoire des peuples comme tu es resté dans la digne lignée de Toussaint-Louverture, de Bolivar, de Allende, du Che et de tous ceux qui combattent l’impérialisme prédateur et ses affidés. La Légende Africaine veut que Tu ailles te reposer à l’ombre des corossoliers afin que tu veilles sur nous. Les larmes aux yeux, nous continuerons ton combat pour la justice sociale et l’autodétermination des peuples.

Hasta la Victoria siempre, venceremos !

Fait à Paris le 6 mars 2013

Le Bureau Exécutif de la LP-U

Panafricainement.

Umoja ni nguvu

L’Union fait la force

________________________

Contact mail : lipaco.33@gmail.com

Site internet : www.umoja-org.com

Publié dans Communique, Independances, Panafricanisme, Politique | Pas de Commentaire »

M. Lawal ABDOULAYE à la tête de la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) au NIGER

Posté par lpcumoja le 2 mars 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE 

Relatif à la mise en place de la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (LP-U) au NIGER

Dans le cadre de son évolution, dictée par la volonté de s’implanter, en Sections Territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine, la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P. – U.) informe le grand public de la mise en place de sa Délégation au Niger.

Cette délégation sera assumée par Monsieur Lawal ABDOULAYE. La mission principale du délégué est d’œuvrer à la mise en place de la Section Territoriale de la LP- U au Niger. Dans le cadre de sa mission, le délégué a le pouvoir de recruter de nouveaux adhérents et de consulter tout adhérent de la LP-U résidant au Niger.

A l’issue de sa mission, Monsieur Lawal ABDOULAYE, doit présenter au Bureau Exécutif de la LP-U, un projet global pour la Section Niger tant dans ses aspects juridiques qu’organisationnels. La validation du projet final, est du ressort exclusif du Bureau Exécutif de la LP-U.

La mission de Monsieur Lawal ABDOULAYE est d’une durée de six (6) mois, et prend effet, à compter de la date de la signature du présent communiqué.

Fait à Paris le 24 février 2013

Le Bureau Exécutif de la LP-U

Panafricainement.

Umoja ni nguvu
L’Union fait la force

Publié dans Afrique, Communique, Politique | Pas de Commentaire »

M. Aménophis I TRAORE à la tête de la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U) au MALI.

Posté par lpcumoja le 28 février 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE : Mise en place de la Délégation de la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U) au MALI

Dans le cadre de son évolution, dictée par la volonté de s’implanter, en Sections Territoriales, dans tous les pays africains et dans l’ensemble de la Diaspora africaine, la Ligue Panafricaine – UMOJA (L.P.-U.) informe le grand public de la mise en place de sa Délégation au Mali.

Cette délégation sera assumée par Monsieur Aménophis I TRAORE. La mission principale du délégué est d’œuvrer à la mise en place de la Section Territoriale de la L.P.-U au Mali. Dans le cadre de sa mission, le délégué a le pouvoir de recruter de nouveaux adhérents et de consulter tout adhérent de la L.P.-U résidant au Mali.

A l’issue de sa mission, Monsieur Aménophis I TRAORE, doit présenter au Bureau Exécutif de la L.P.-U, un projet global pour la Section Mali tant dans ses aspects juridiques qu’organisationnels. La validation du projet final, est du ressort exclusif du Bureau Exécutif de la L.P.-U.

La mission de Monsieur Aménophis I TRAORE est d’une durée de six (6) mois, et prend effet, à compter de la date de la signature du présent communiqué.

Fait à Paris le 24 février 2013

Le Bureau Exécutif de la L.P.-U

Panafricainement.

Umoja ni nguvu
L’Union fait la force

Publié dans Afrique, Communique, Politique | Pas de Commentaire »

1234
 

palestine18 |
Le Moulin des Savoirs |
huntington |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reptilia
| Association Guillaume Bec
| Association Coopération et ...