• Accueil
  • > Communique
  • > Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA pour la libération sans conditions des Maîtres Ambroise MALONGA, Gabriel HOMBESSA, de Monsieur Jean Marie MPOUELE et de tous les citoyens arbitrairement incarcérés

Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA pour la libération sans conditions des Maîtres Ambroise MALONGA, Gabriel HOMBESSA, de Monsieur Jean Marie MPOUELE et de tous les citoyens arbitrairement incarcérés

Posté par lpcumoja le 24 avril 2012

Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA pour la libération sans conditions des Maîtres Ambroise MALONGA, Gabriel HOMBESSA, de Monsieur Jean Marie MPOUELE et de tous les citoyens arbitrairement incarcérés dans Communique lpcuvofficielledef-300x300

Communiqué de la Ligue Panafricaine du Congo-UMOJA pour la libération sans conditions des Maîtres Ambroise MALONGA, Gabriel HOMBESSA, de Monsieur Jean Marie MPOUELE et de tous les citoyens arbitrairement incarcérés

La Ligue Panafricaine du Congo-Umoja (LPC-U) dénonce avec la plus grande énergie, les arrestations dans l’exercice de leur fonction, des Maîtres Ambroise Malonga et Gabriel Hombessa, Avocats au barreau de Brazzaville, puis celle de monsieur Jean Marie Mpouele, membre du Parti du Peuple Congolais (PPC) et des officiers, et sous-officiers détenus pendant plus de 72 heures de garde à vue, dépassant ainsi très largement la durée légale telle que définie par le code de procédure pénale de notre pays.

En effet, depuis les évènements du 04 mars 2012, le gouvernement congolais, pour des raisons qui ne trouvent de justifications que dans leur étroite et funeste conception de l’action politique au Congo, s’est lancé dans une série d’opérations tous azimuts dont des arrestations arbitraires, des patrouilles de policiers, de gendarmes et militaires dans les grandes agglomérations urbaines du Congo. Maitres Malonga et Hombessa ont ainsi été arrêtés sous le motif fallacieux du pouvoir, prétextant qu’ils auraient tenu une conférence de presse dans un camp militaire, précisément au domicile de leur client, le Colonel Marcel Tsourou.

La Ligue Panafricaine du Congo-Umoja exige du gouvernement d’expliquer en quoi la tenue d’une conférence de presse dans une caserne constitue-t-elle une menace contre la sûreté de l’État, quand on sait que ces mêmes casernes devenues insalubres et délaissées, sont depuis des années complètement ouvertes à tout public, des vendeurs ambulants aux prédicateurs en tout genre, sans oublier l’installation de commerces privés destinés à  arrondir les fins de mois des familles des soldats, sous-officiers et officiers, sans que cela n’ait jamais interpellé les pouvoirs publics.

La Ligue Panafricaine du Congo-Umoja considère donc comme arbitraires les arrestations de Maître Malonga, de son confrère Maître Gabriel Hombessa et celle de Jean Marie Mpouélé, membre du Parti du Peuple congolais, et exige leur libération immédiate et sans condition.

La LPC-U met en garde le gouvernement congolais contre la violation de la constitution qui stipule dans son article 9 que «  La liberté de la personne humaine est inviolable. Nul ne peut être arbitrairement accusé, arrêté ou détenu. Tout prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été établie à la suite d’une procédure lui garantissant les droits de la défense. Tout acte de torture, tout traitement cruel, inhumain ou dégradant sont interdits. »

La LPC-U dénonce le climat de répression et d’intimidation qui règne actuellement au Congo et s’inquiète du retour des pratiques répressives d’un autre âge largement dénoncées lors de la Conférence Nationale Souveraine. Elle rappelle au gouvernement que la Constitution de la République garantit à tout citoyen la liberté d’expression par son article 19 qui stipule que « Tout citoyen a le droit d’exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l’écrit, l’image ou tout autre moyen de communication. »

La LPC-U exige du gouvernement une gestion transparente de l’après 04 mars 2012. Elle exige en outre que justice soit rendue et que la vérité soit connue, dans le respect des droits de l’Homme.

Enfin, la LPC-U exprime toute sa solidarité envers les proches des personnes illégalement incarcérées, et réitère son appel au gouvernement congolais à la mise en place d’une commission d’enquête impartiale afin d’examiner les causes réelles de la catastrophe du dépôt de munitions du camp du régiment blindé, à Mpila pour en déterminer les vrais responsables.

Le Bureau Exécutif,

Paris, le 24 avril 2012

Contact :

Site : http://lpcumoja.unblog.fr/

Mail : lipaco.33@gmail.com

 

 

 

Laisser un commentaire

 

palestine18 |
Le Moulin des Savoirs |
huntington |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Reptilia
| Association Guillaume Bec
| Association Coopération et ...